samedi 7 février 2009

Droit de réponse à l'article du maire du 3V 189.

Alors pollution oui ou non !




Constatez la densité de circulation sur le secteur de la future crèche un samedi matin ordinaire et vous pourrez imaginer la difficulté d'une déserte des enfants en voiture si le projet reste en l'état .


Cliquez sur les images pour les agrandir.


Bingo ! Nous avons encore gagné.

Le premier magistrat dans un numéro d’équilibriste jongleur de mots dont il a le secret, fait une tentative désespérée dans son article du 3V 188, pour faire croire qu’il maîtrise son sujet.

Nous lui parlons des prélèvements du SIVOM et il nous répond sur la crèche. De qui se moque-t-on ?

(Notez, chers amis, que nos articles même censurés par le manque de place mise à notre disposition, ont suffisamment de sens pour faire réagir presque à tous les coups notre premier magistrat).

C’est le jack pot assuré, notre meilleur agent publicitaire, c’est lui ! Celui qui parle le plus sans savoir répondre à la seule question que nous posons dans notre article intitulé : Prélèvements « Syndicat de commune » dans la tribune de l’opposition du 3V 188.

Lamentable tribune réduite à la portion congrue, alors qu’il s’autorise des réponses longues et fumeuses, mais qui répondent à côté …

Nous posons une seule interrogation dans notre article, c’est peu, alors pourquoi répondre n’importe quoi ? Trop occupé ailleurs pour répondre sur le fond, rien d'intéressant à dire, question trop embarrassante ?

En effet la question que nous posons dans notre article découle du constat que nous faisons, rappel : les impôts et prélèvements en direction du SIVOM ont augmenté fortement en valeurs cumulées depuis 2005 pour assurer les compétences transférées au SIVOM qui en assume la gestion ( voir notre tableau, article précédent)

Ces compétences transférées auraient dû permettre de baisser d’autant les prélèvements communaux. Or il n’en est rien, pourquoi ?

Voilà, la question est reposée, plus clairement pour obtenir enfin une réponse ?

Toutes les arguties et circonvolutions verbeuses dans la réponse qui sous-entendent ou qui voudraient sous-entendre que les élus d’opposition s’opposent à une crèche sur le territoire de la commune ne sont et ne seront que mensonges et mauvais procès.

Tout au plus nous sommes-nous permis de poser la question à plusieurs reprises et en plusieurs lieux différents, sur la pertinence de l’emplacement choisi. Est-ce un crime de lèse-majesté de demander des garanties ?

Cet emplacement est au cœur d’une circulation très dense. Nous avons interrogé les responsables politiques sur l’existence d’éventuelles études et résultats pouvant nous rassurer en matière d’exposition à la pollution du site.Sans réponse à se jour.

C’est tout de même grave, un projet à plus de 4 millions qui ne pose pas la question de l’exposition aux risques sanitaires.

Ce projet est quasi terminé. Alors pourquoi ne pouvons-nous pas disposer de résultats sur l’analyse de l’air dans le secteur de la crèche ?

Nous posons aussi la question sur les accès et déposes des enfants, plus exactement sur le problème des accès voitures. Ce problème nous a toujours semblé minimisé, il n’est toujours pas éclairci.

En tous les cas, la réintégration des services techniques sous le cimetière n’est pas de nature à « fluidifier » le problème, pour dire vrai, je pense qu’il est de nature à encore le compliquer. Nous ne pouvons pas nous satisfaire des réponses qui bottent en touche en disant qu’il ne faut plus venir en voiture dans le centre, comme cela a été dit.

En conclusion provisoire sur le sujet de la crèche, je terminerai en espérant obtenir des réponses claires et sans ambages aux problèmes que je pose en ma qualité d’élu qui aime sa commune et qui se soucie de son devenir.

Nous aborderons prochainement le bouclage financier du projet, qui poserait encore problème... Et pas qu’un peu, nous a-t-on dit !

La somme de 740 000 € manquerait encore au budget.

Pour un projet qui est en gestation depuis 2002 et qui était un des arguments électoraux, c’est étrange. Surtout que dans la même période une commune limitrophe a déjà bouclé son projet... depuis deux ans...alors qu’il a été initié plus tard que le notre.

Alors, monsieur Le maire, lisez correctement nos articles et répondez correctement aux questions posées ; si vous avez envie de polémiquer stérilement, cela vous regarde, répondez dans la colonne réservée aux groupes représentés au sein du Conseil. Trop facile de s’octroyer des pages complètes et de laisser « un timbre poste » en guise de place aux autres groupes pour répondre.

Le reste du journal 3V doit servir à informer les trinitaires sur la vie quotidienne de la commune, pas sur les polémiques partisanes et politiciennes. Si vous avez des révélations à faire sur vos impressions personnelles vous pouvez publier à vos frais , mais pas avec l'argent de la commune.

Nous vous en serons reconnaissants et la Démocratie en sortira gagnante.

Gilles Rainero

Conseiller municipal.

8 commentaires:

L' an culé a dit…

Gros belin !!!Le samedi tu sai pa qui y a pas de creche gros noeudnoeud ?????tu es vraimment egal a toi maime bouriccot !!!!!

le PROF. a dit…

COMMENT FAIRE CONFIANCE À UN PÈRE DE FAMILLE QUI PLACE SES ENFANTS À L'ORPHELINAT?

LE SAMEDI OU LA LUNDI ET MÊME LE MERCREDI,
LES AFFAIRES DE LA COMMUNE ÉTANT DÉLÉGUÉS ENTRE NICE ET ST ANDRÉ!
LES RÉPONSES NE PEUVENT ÊTRE QUE DES INSULTES,FAUTE DE MAITRISE DES DESTINÉES DE LA COMMUNE DEPUIS JANVIER 2009,
NUL N'EN IGNORE L'ORIGINE,
POURQUOI CHERCHER À CONSTAMENT SE JUSTIFIER, TROP SE JUSTIFIER C'EST SE DÉPRÉCIER, ET SA DURE DEPUIS PLUS D'UN MANDAT,
LE TON ORDURIER N'OCCULTE PAS L'AUTEUR,

LE PERE DES ORPHELINS!

kAROUBA et WIKIP. a dit…

Bonjour Gilles,

Nous savons que le projet que tu mentionne,
la crêche,
est mort-né depuis son origine,
tu évoques la situation et le financement,
c'est juste,
mais rappelle toi que Broc voulait faire 81 logement sociaux sur ce site,
et celui qui lui succède aussi,
voulait faire des logement à vendre,
mais, tel le fils de Dédale,
de trop se rapprocher du soleil,
est lamentablement et bien sur, lourdement tombé, après avoir remis les clefs de la cité à motausatisfaction.

EXtraiTS de W.

" La circulation routière (anglicisme: trafic routier) est le déplacement de véhicules automobiles sur une route.

Sommaire:
1. Mesure
2. Voirie
3. Bruit
4. Transports
5. Impact sanitaire
6. Notes et références
7. Voir aussi

1. Mesure
On mesure le débit de circulation en comptant le nombre de véhicules pendant une période de temps. Les unités les plus employées sont le nombre de véhicules par jour et l'unité de la « 30e heure». Cette dernière représente le niveau le plus sollicité de la section de la chaussée étudiée dans une journée. La 30e heure est la 30e heure la plus sollicitée en circulation pendant une heure pendant la période d'un an. Elle est considérée comme la période de pointe.

2. Voirie

Comparaison entre bus et véhicules légers du nombre de véhicules équivalents pour une capacité de transport donnée [1]
Le concepteur de voirie détermine le nombre de voies en fonction du volume de circulation. Pour prendre en compte les différents types de véhicules, il utilise souvent l'unité de véhicule particulier (UVP) définie comme suit :

un véhicule léger ou une camionnette = 1 UVP
un poids lourds de 3,5 tonnes et plus = 2 UVP
un cycle = 0,3 UVP (exceptionnellement entre 0,2 et 0,5)
L'ingénierie du trafic est une science qui distingue le débit d'une voie (qui varie d'un moment d'observation à l'autre) et la capacité, qui représente le débit maximal (et qui est donc un invariant pour un état de la voirie).


Bouchon routier
Le débit d'une voie dépend de la vitesse moyenne de circulation car, à allure élevée, les conducteurs augmentent l'intervalle entre véhicules. Il dépend aussi du degré d'attention des conducteurs. Ainsi, sur les voies rapides urbaines comme le boulevard périphérique de Paris, l'interdistance est plus faible que sur une route de rase campagne ; mais on ne pourrait pas conserver longtemps le degré de concentration que cela demande. Dans des conditions normales, le débit d'une voie atteint son maximum pour un flux de véhicules circulant environ à 50 km/h.

On peut, pour ce qui concerne la capacité, retenir les ordres de grandeur suivant :

5 000 à 7 000 UVP/jour pour une route à deux voies, en rase campagne,
10 000 à 13 000 UVP/jour pour une route à quatre voies sans terre-plein central,
13 000 à 18 000 UVP/jour pour une deux fois deux voies et carrefours à niveau,
30 000 UVP/jour pour une autoroute à deux fois deux voies et carrefours dénivelés (mais 60 000 UVP/jour en zone péri-urbaine).
Le trafic détermine aussi la constitution de la chaussée. La nature et l'épaisseur de la couche de roulement dépend du volume de circulation tandis que le corps de chaussée est dicté par le nombre de poids lourds.

3. Bruit
L'aménagement urbain doit prendre en compte le niveau de bruit généré par les infrastructures routières, ferroviaires ou aériennes. En France, on répartit les infrastructures en cinq classes de bruit qui déterminent les niveaux d'isolation acoustique que les bâtiments voisins doivent respecter.

4. Transports
L'élaboration d'un plan de déplacements urbains nécessite également une bonne connaissance de la circulation routière, mais cette donnée ne suffit pas. Il faut la compléter par des enquêtes origine-destination.

5. Impact sanitaire
En 2004, l'OMS a publié un rapport qui évalue à 1,2 million de morts et de 20 à 50 millions de blessés chaque année liés à la circulation routière. "

Louis Y. a dit…

ENSEMBLE POUR LA TRINITÉ, LES TRINITAIRES LE PLATEAU TERCIER, LA VALLÉE DU PAILLON ET PLUS ENCORE...

JE VOULAIS DIRE UN MOT,
SUR UN MOT D'UNE "COLISTIÈRE" DE TA LISTE,
QUI PENSE ET ÉCRIT,
SANS RÉFLECHIR SEMBLE T-IL,
QUE LES POLLUTIONS,
DOIVENT SE TRAITER SUR LE PLAN STRICTEMENT COMMUNAL,
UN PEU COMME S'IL Y AVAIT UNE FRONTIÈRE QUI NOUS GARANTIE DES CHEMINÉES DE LA RÉMINTA DE NICE ET DE LA CIMENTERIE DE LA GRAVE,
C'EST VRAIMENT UNE VISION DE PETIT NOTABLE À TRÈS COURTE VUE,
OU BIEN UN SIMPLE POINT DE VUE D'UN TOURISTE DE PASSAGE QUI ÉCRIT POUR ÉCRIRE?
Y EN AURAIT-IL DEUX SUR LA COMMUNE???
A SUIVRE...

t'AVAN a dit…

ANNE-MARIE, GILLES, ET LES AUTRES…

Elus d’une commune qui en fait n’en est vraiment plus une,
êtes vous « Ensemble pour la Trinité »
ou/et
« Modem »,
c'est votre à faire ?
Par ailleurs,
vous êtes solidaires de communes ou les cheminées sont comme celle de l’incinérateur de Nice-Ariane,
ou nous avons vraiment du mal à savoir si pollution il y a (sourire pincé)?
Nous pouvons comprendre que certains parmi nous coupent les cheveux en quatre,
c’est leur bon droit ou une habitude?
et ils peuvent agir ainsi toute leur vie s’ils y trouvent du plaisir et de la jouissance?
Mais quand même,
cette vie, bien trop courte,
n’a t-elle pas vraiment changée,
la pollution contourne les frontières et limites administratives (peut-être pour certains)?
Les mouvements et les partis sont-ils tellement étanches ?
Si oui,
il ne nous faut rester à la maison,
et regarder dehors à travers les lames des volets.
Le 29 janvier 2009 restera une date mémorable…
ne travaillez pas trop,
vous ne gagnerez pas moins!
cela bien sur si vous n'êtes pas chaumeur, ou pas encore.
bon courant d'air.

51.7 pourcent dans les dents a dit…

je suis d accord avec toi PROF ATCHOUM GRINCHEUX JOYEUX OU QUELQUES NAINS QUE CE SOIENT ça dure depuis plus d'1 mandat mais vous n avez rien fait pour que cela change au vue des resultats electorales de la deculotée que vous vous etes mangé les nains....

AUGUSTUS HORTORIUS a dit…

LE NOUVEAU MYTHE DE LA TRINITÉ,
LA CRÊCHE, LE JEU DE BOULES ET L'ÉPICERIE

NOTRE CHER ET BEL EXPERT N'EST PAS DÉDALE, NOUS LE LUI RAPPELONS,
A AVOIR TOUT DÉLÉGUÉ,
COMMENT PEUT-IL SE PERMETTRE?
ET PRÉTENDRE DONNER DES ARGUMENTS INCOMPRÉHENSIBLES,
ENTRE BONIMENT ET GROSSIÈRETÉ?
IL N'A PLUS LA MAITRISE DEPUIS DÉCEMBRE 2008,
NOUS COMPRENONS ET COMPATISSONS,
LE PAUVRE...


" Dédale donna la solution pour sortir du labyrinthe à Ariane, en utilisant le fameux fil d'Ariane. Cette dernière la donna à Thésée, qui s'en servit pour sortir du labyrinthe après avoir tué le Minotaure. Minos ayant perdu son pari avec Thésée, il fait alors enfermer Dédale et son fils, Icare, dans le labyrinthe. Ne pouvant en sortir sans fil pour le guider jusqu'à la sortie, Dédale eut alors l'idée de créer des ailes pour pouvoir s'envoler. Comme ces ailes étaient confectionnées avec de la cire et des plumes, Dédale conseilla à son fils de ne pas monter trop haut dans le ciel. Icare chercha au contraire à se rapprocher du soleil, ce qui eut pour effet de faire fondre la cire et de le précipiter dans la mer. "

PIPETALUGUA a dit…

LE 3V
OU
LES ROSSIGNOLS DU RÉDACTEUR (DÉLÉGUÉ) EN CHEF.

SUR QUOI ET DE QUOI ÉCRIT-IL?

AVANT IL AVAIT ENCORE UN PEU DE POUVOIR, SIVOM OBLIGE, MAIS PAS D'ARGENT DANS LES CAISSES, CE FUT PIRE À LA FIN QU'AU DÉBUT DU MANDAT!

MAINTENANT QU'IL A ENCORE PLUS DÉLÉGUÉ, QU'AVANT, CANCU OBLIGE, IL LUI RESTE L'ÉNORME DÉFICIT DE LA COMMUNE ET LE 3V DANS LEQUEL IL FAIT CHANTER SES ROSSIGNOLS!

MAIS IL NE DÉMONTRE TOUJOURS PAS À QUOI SERT LE SIVOM? ET ENCORE MOINS LA CANCU?

RANTAMPLANPLAN COURT-IL TOUJOURS DERRIÈRE LE TRAM?

LE ROSSIGNOL EST MUET...

" En argot, un rossignol est un article ou un objet de peu de valeur, voire défectueux. L'origine de cet usage vient, par analogie, du fait que l'oiseau est haut perché dans les arbres et que ces objets invendables (et invendus) sont généralement placés sur les plus hautes étagères dans un magasin hors de portée de la main puisqu'il faut un escabeau pour les atteindre. C'est également une fausse clef. "